28 juin 2008

Pédagogie de l'homophobie

Après plusieurs Marches des Fiertés dans plusieurs grandes villes de France (Nantes, Lyon, Strasbourg, Rennes...), et une semaine avant celle de Marseille, la Marche des Fiertés Lesbiennes, Gays, Bi et Trans concentre aujourd'hui quelque peu l'attention médiatique...
Le thème de la Gay Pride cette année m'intéresse tout particulièrement, puisqu'il s'agit de la lutte contre l'homophobie au sein de l'Education Nationale. Et Xavier Darcos de s'engager, dans les pages de Libération cette semaine, de faire de ce thème une exigence centrale au sein de son ministère pour l'année scolaire à venir.
Le noble enjeu que voilà! La douce surprise que voici! Quel pied de nez à Boutin et consorts, quelle bravoure sous Sarkoléon...

Paroles paroles paroles...

Devrions nous lui rappeler, à notre Ministre, que SOS Homophobie, principale association au niveau national se proposant d'intervenir en milieu scolaire pour lutter contre les préjugés des jeunes générations et déconstruire avec eux leurs idées reçues sur l'homosexualité, se proposant de mener activement une mission d'information et de prévention auprès des jeunes publics, ne parvient toujours pas, au bout de 15ans d'existence et d'action reconnue à obtenir un agrément au niveau national, et que seul le rectorat de l'Académie de Versaille a accordé son agrément, en 2004, aux membres de SOS Homophobie intervenant en milieu scolaire.
Une seule académie en France.
Les interventions ont lieu, dans l'académie de Versailles, comme ailleurs mais sans le couvert de l'agrément, sans le moindre problème avec les élèves, enseignants, et membres de la communauté éducative.

Et nous allons à reculons...

Une association de familles catholiques a cette année porté un recours devant le Tribunal Administratif de Versaille pour cause de préjudice moral occasionné par cet agrément donné à SOS Homophobie, et réclame des dommages et intérêts. Le Juge Administratif, dont le délibéré n'est pas encore intégralement connu, a d'ores et déjà donné partiellement satisfaction aux recquérant, et l'agrément a été invalidé pour motif de forme...

SOS Homophobie n'aurait donc plus aucun agrément de l'Education Nationale, douce ironie au regard des engagements pris par le Ministre...

Il est évident que même sans agrément, nous parvenons à intervenir dans certains lycées, dans certaines classes, sur décision discrétionnaire du Chef d'Etablissement. Mais bien souvent, alors que nos démarches sont lancées auprès de nombreux établissement, nos propositions sont écartées, faute d'agrément, tous les Chefs d'Etablissement n'ayant pas vocation à risquer de se mettre à dos des associations de parents d'élèves qui leur reprocherait de livrer leurs progénitures à des intervenants n'ayant pas d'agrément officiel... Notre but est d'intervenir en milieu scolaire, c'est essentiel pour nous de porter notre message auprès des jeunes générations, mais l'Etat fait de la résistance.

On ne peut pas s'engager d'une part à promouvoir la lutte contre l'homophobie à l'école et élever toujours plus d'obstacles administratifs contre la réalisation de cet objectif, Monsieur le Ministre...

Posté par polysemie à 09:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Pédagogie de l'homophobie

    Dans la circulaire de rentrée 2008, l'homophobie est annoncée dans le préambule parmi les points importants. Les autres points ont droits à une page chacun, l'homophobie à 7 lignes, et encore, d'une vaguitude à pleurer !

    Posté par Ed, 30 juin 2008 à 16:45 | | Répondre
  • oui, comme si cela allait de soi... petite lâcheté de plus pour dissimuler une immense hypocrisie national: les homos ne nous dérangent pas,ils sont nos amis, et très à la mode, mais alors de là à leur donner les mêmes droits que monsieur&madame toutlemonde! n'abusez pas, très chère!

    Posté par polysemie, 30 juin 2008 à 20:32 | | Répondre
Nouveau commentaire