25 juillet 2008

Les Berlines

Comme l’avion atterrissait peu après vingt deux heures, ils avaient dîné tôt dans un petit restaurant de la ville. Puis, ils étaient allés récupérer la grosse voiture noire, dont il était très fier. Aux caisses du parking, un homme sans âge, un peu hirsute, habillé chaudement pour un mois de juillet, buvait seul, avec à ses pieds un grand sac poubelle ouvert, qui devait contenir la totalité de ses affaires. Au moment de payer, elle avait eu une brève hésitation face aux indications de l’automate, alors l’homme seul en avait... [Lire la suite]
Posté par polysemie à 18:31 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

30 juin 2008

Real TV

Vous connaissez Engrenage ? Bon, et bien physiquement, ma Mouff, c’est Joséphine Karlsson, en mieux, et sans le côté fourbe. Vous connaissez Damages ? Bon, et bien professionnellement, ma Mouff, c’est Ellen Parsons, en mieux, sans le côté fayotte. Et depuis des semaines maintenant, dans le cadre de son stage, sachez qu’elle se bat contre des ersatz d’Arthur Frobisher, et croyez moi, au pays des requins, la vie n’est pas tous les jours facile !Alors personnellement, les abus de bien... [Lire la suite]
Posté par polysemie à 20:27 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
21 juin 2008

L'année sans elle

Vous, vous, vous êtes ma faille. Et vous vous jouez de l’affection que j’ai pour vous. Quand j’aime les gens je les appelle, quand je les respecte je leur réponds. Je ne vous demande même plus de m’appeler, juste de me respecter. C’est une décision qu’il faudrait que je sache prendre. Cesser. D’attendre un mot de vous, d’attendre une réponse, d’attendre de la réciprocité. Cesser tout simplement de vous faire exister dans ma mémoire, dans mon esprit. On peut rompre avec les gens, amis ou amours, on peut rompre avec les... [Lire la suite]
Posté par polysemie à 18:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
20 juin 2008

L'origine

Elle ne parle jamais beaucoup, je lui ai d’ailleurs longtemps reproché de tant se taire. Moi que le silence incommode tellement… Avec le temps j’apprends à me taire autant qu’elle, et à ne plus systématiquement interpréter son mutisme comme une source de conflit. Il faut comprendre à demi mot les phrases lapidaires qu’elle peut dire. Il ne faut jamais espérer avoir un jour plus d’explications que celle qu’elle aura décidée de donner, ou pas. J’étais jeune et j’ai mis du temps à surmonter le sentiment de rivalité... [Lire la suite]
Posté par polysemie à 22:03 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
19 juin 2008

d'une décennie l'autre

Nous sommes le 19 juin 1998, j’ai treize ans et demi, je suis en 4ème. Aujourd’hui nous avons suivi le dernier cours de français de l’année avec Mme.… . Pour l’occasion, Agathe, Audrey et Moi avions préparé un petit sketch ou nous parodions notre professeur. Comme j’ai eu le rôle de Nicole, dans Le Bourgeois Gentilhomme de Molière, plus tôt dans l’année, et que j’ai déjà joué devant la classe, c’est moi qui ait joué le rôle de Mme… aujourd'hui. Elle a beaucoup ri, et à la fin de mon numéro, tous les élèves ont applaudi, j’ai... [Lire la suite]
Posté par polysemie à 23:55 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
30 mars 2008

Le pain noir

Le matin, ce sont les lointains moteurs des chalutiers, qui accostent de leur nuit de pèche, qui la réveillent. Elle tend juste le bras pour attraper une cigarette, à tâtons, et son briquet. L’énorme chatte au bout du lit pèse sur ses pieds, et fini par sauter lourdement par terre, pour aller réclamer à manger. Alors elle se lève. Elle nourrit l’animal et met la cafetière en marche. Elle demeure immobile dans la cuisine, debout, en allumant sa deuxième cigarette, qu’elle fume toujours, les yeux dans les yeux de son père, en... [Lire la suite]
Posté par polysemie à 23:34 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

11 mars 2008

Coming out

Vous l’avouerais-je ? Au bout d’un an de bloguage à fréquence moyenne, au bout d’un an dans le rôle de "polysémie, pur esprit, pas très marrante, un peu prise de tête, tellement sérieuse !", vous l'avouerais-je cette dénonciation à peine masquée d'un ami l'autre jour "t'es quand même super greluche pour une lesbienne!" Vous l’avouerais-je donc ? Je suis une fille futile… Je suis de celles qui préfèrent admirer les nouvelles collections que de me plonger dans mon Alter Eco, je suis de celles qui ... [Lire la suite]
Posté par polysemie à 21:58 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
04 mars 2008

Sororité

J’ai deux sœurs, évidemment, il n’y a pas que la petite, mais à la lecture de mes articles, je me rends compte que je n’évoque que rarement « ma sœur ». J’ai deux sœurs, donc, il y a « ma sœur » et « la Petite ». Ma sœur est aussi ma petite sœur, mais elle tellement moins petite que la Petite. Elle est celle du milieu, elle n’a jamais eu le rôle de «la petite», elle n’a jamais eu le rôle de l’aînée non plus. Elle dit souvent qu’elle a souffert de cette position entre deux. Je ne sais pas vraiment... [Lire la suite]
Posté par polysemie à 14:45 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
29 février 2008

Back back back!!!

Je n'ai pas de photo mais il a fait très beau. En Bretagne.Je n'ai pas de photo, mais je peux vous dire que comme d'habitude j'ai mangé beaucoup (trop) de crêpes, des moules, et même des huïtres.Je n'ai pas de photo, mais je peux vous dire que les soirées vannetaises, rennaise et costarmoricaines en tous genre, avec quelques vous et d'autres, étaient excellentes.Je n'ai pas de photo, mais je peux vous dire que je suis toujours aussi impressionnées par la lucidité et l'intelligence politique des quatre vingt trois printemps d'Alice, la... [Lire la suite]
Posté par polysemie à 19:44 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
28 janvier 2008

Insomnia

L'insomnie m'obsède et j'ai peur qu'elle m'achève. Une heure de "petit latin" bouclée de deux à trois puisque je m'écroulerai à six heure, cela tient presque du surréalisme, c'est pourtant récurrent. La nuit je ne dors pas et il fait froid sous ma peau. L'envers de mes paupières me brûle et se brouille, ma tête est lourde et bascule, mais je ne dors pas. Mon corps trop souvent refuse net, en dépit de la fatigue, en dépit de l'obscurité et des lendemains matinaux, de se laisser choir, engourdir dans la torpeur et la... [Lire la suite]
Posté par polysemie à 03:26 - - Commentaires [8] - Permalien [#]